Rencontrez, discutez et faites connaissance sur Des Histoires...
...
ESPACE AUTEUR (pas encore inscrit)
 
mémoriser     [Mot de passe perdu ?]
écrire une histoire Ecrire une histoire
Faites connaitre ce site :
 

La télévision mon amie

Auteur de recits


Récit écrit par Djibouti.
Auteur homme.    Contacts de l'auteur : ecrireverthotmailfr



histoire publiée le 06-12-2013
Catégorie :Autobiographie, Journal intime, Mes rêves, Tranches de vie, Récits de voyageurs
Histoire 8422-d309

Titre : La télévision mon amie

Rêve  Afrique  Conseil 
 
 

La télévision mon amie


Je suis à arhiba, à Djibouti-ville en Afrique de l’est. Un petit pays où 80 pour cent de la population s’arrête de travailler les après-midis pour se doper avec du khat, une plante qui vient de Éthiopie voisine. Chacun achète la dose qui lui est nécessaire pour se doper et rejoint le mabraze. Un endroit où se regroupent des groupes de khateurs en général copains. Jusqu’à la tombée de la nuit, ils sont occupés et réfléchissent beaucoup. Certains rêvent. Moi je n’aime pas le Khat. Nous sommes en Afrique, dans un pays pauvre où les denrées alimentaires sont très chères. Je trouve que dépenser le peu d’argent que je gagne pour cette plante me semble exagéré. Parce qu’on doit khater tous les jours, et par mois, la moitié pour certains et la totalité pour d’autres du salaire partent en fumée.
Pour échapper à la dépendance du khat, j’ai soit le football ou la télévision pour m’évader. Elle m’emmène très loin de chez moi, tous les après-midi de 16heures à 22heures. Mon disque dur multimédia « imation » est plein de films, des villes, des vies, de personnages…Moi, je plonge dans ces vies misérables ou gaies, reflétant la réalité de ce monde cruel. Je pleure ou rigole selon l’histoire du film que je suis. Sans prise de position, sans commentaire, invisible et impalpable, je suis présent dans chaque maison, chaque endroit où les scènes se déroulent. J’observe sans rien dire, mais je ne suis pas à l’abri des impacts émotionnels que peut avoir sur moi la scène que je suis. Je pleure, je me mets en colère, je rigole et je ne vois pas le temps passer. Ces visages que je regarde tout le temps, l’expression de ces comédiens restent gravés dans ma tête. Mais, ce qu’ils disent ne m’importe peu. Je les écoute et je passe mon chemin.
Il y a aussi, les villes que j’aime bien. Je vole entre les immeubles et les grattes ciels quand le réalisateur nous montre la ville. J’admire, je rêve. Parfois, je suis pris de regret. Pourquoi je ne suis pas aux États-Unis ? C’est un grand et beau pays. J’aurais peut-être vécu dans les mêmes appartements que ces comédiens. Me réveiller le matin à côté d’une belle et grande femme. Me réveiller dans ce luxueux appartement, prendre ma douche dans cette luxueuse salle de bain. Me brosser les dents, m’habiller pour aller travailler dans ces beaux bureaux du prodigieux journal, « the Time » ou « the washington-post » peu importe. Ce qui est important c’est le décor, la ville, les rues, les ponts que j’observe avec admiration. Et, comment m’empêcher de rêver de ces villes, qui semblent si agréable à habiter ? Ce n’est pas ce que je vais faire là-bas ou ce que je vais devenir qui me préoccupe en regardant ces villes. C’est être là-bas qui m’importe. Bon et c’est aussi le rêve de beaucoup de personnes à travers le monde j’imagine. Alors, je dis à ces terroristes qui s’en prennent aux États-Unis et à son peuple à cause des mauvaises décisions des dirigeants, ne détruisez pas nos rêves.
Je suis un rêveur et la réalité me noue la gorge, mais on n’échappe pas à sa réalité.




Faites connaitre cette histoire :

 



 



Vous êtes :
Indiquez votre adresse mail si vous souhaitez la communiquer à l'auteur (et seulement à l'auteur, elle n'apparaîtra pas sur le site) ? Sinon, laissez vide :


° Recopiez le code suivant :
 
>
*




 

 
histoire gratuite La télévision mon amie

Soyez le premier à donner votre avis, après lecture, sur cette histoire...





   
Copyrights...
© tous droits réservés à øø des-histoires.com øø