Rencontrez, discutez et faites connaissance sur Des Histoires...
...
ESPACE AUTEUR (pas encore inscrit)
 
mémoriser     [Mot de passe perdu ?]
écrire une histoire Ecrire une histoire
Faites connaitre ce site :
 

Le fruit du capitalisme, les deux extrêmes

Auteur de recits


Récit écrit par Djibouti.
Auteur homme.    Contacts de l'auteur : ecrireverthotmailfr



histoire publiée le 31-05-2013
Catégorie :Coups de gueule, Polémiques, Essais, Pamphlets, Satires
Histoire 8417-d307

Titre : Le fruit du capitalisme, les deux extrêmes

Utopie  Cauchemard 
 
 

Le fruit du capitalisme, les deux extrêmes


J’appelle les deux extrêmes les pauvres et les riches. Certains vivent dans l’opulence
quand d’autres survivent au capitalisme. La vie est dure pour ceux-là. Manger et
nourrir leurs enfants devient un défi pour eux. Ces gens mènent une existence pénible.
Les jours pour eux se ressemblent, car ils doivent engager encore et encore cette même
lutte acharnée pour gagner leur pain. C’est sûrement l’instinct de survie qui les
pousse parce que leur combat est plus qu’éprouvant. Ils combattent la mort à travers
cette lutte contre la famine. Des hommes et des femmes extenués par la faim. Des
enfants qui naissent et grandissent dans la précarité, sous alimentés, sans éducation,
sans avenir et par conséquent voués à la perdition. Au milieu de ces deux extrêmes, on
trouve la classe moyenne. Leur mission c’est de maintenir en vie le capitalisme. Car,
sans leur complicité ce système sera caduc. Ils ont un pouvoir qu’on appelle « pouvoir
d’achat ». A travers cette action, celle d’acheter, les riches restent riches et les
pauvres restent pauvres. Ils restent ainsi parce qu’on met devant eux un obstacle
qu’ils ne peuvent franchir, posséder de l’argent pour acheter. Et la classe moyenne
est appâtée par les médias. Un instrument du capitalisme qui à travers les publicités
obligent ces gens à acheter tout ce qui est nouveau.
Ceux qui n’ont pas ce pouvoir deviennent pauvres. Ils ne peuvent rien acheter. Ils ne
peuvent même pas se soigner. Ils meurent tout simplement dans la rue, de famine.
Alors, pourquoi imposer à cette classe d’acheter de la nourriture. Ils veulent bien
travailler mais ils ne trouvent pas ce privilège. Ils sont tout simplement exclus du
système. Sans le pouvoir de l’argent, on ne peut faire partie de ce système.
Ce système économique est basé sur l’injustice et le crime. Un exemple, on extorque
aux pays en voie de développement leurs récoltes contre une obole. Après
transformation de ces récoltes, les bénéfices générés sont dépensés pour les armes. Et
vous savez à quoi servent les armes ? À se défendre officiellement ou bien, faire
encore plus de bénéfices en permettant aux autres de tuer ou de se faire tuer. Ces
pays d’où proviennent ces récoltes reçoivent des armes eux aussi, pour que les
gouvernements qui les dirigent se maintiennent au pouvoir. Ou l’inverse, pour les
détrôner et nommer un autre gouvernement plus favorable à la coopération
internationale. Ces pays reçoivent des cadeaux empoisonnés appelés dettes. Grace
auxquelles, les pays riches contrôlent les pays pauvres surendettés.
Mais comme certains experts l’ont dit, l’opulence d’un côté et l’extrême pauvreté de
l’autre engendrera des guerres. La pauvreté pousse déjà les habitants du sud dépassés
par leur quotidien insupportable à entreprendre un long périple dans le but
d’atteindre le nord, synonyme de paradis pour eux mais d’invasion pour les nordistes.
La pauvreté menace donc la stabilité dans le monde.




Faites connaitre cette histoire :

 



 



Vous êtes :
Indiquez votre adresse mail si vous souhaitez la communiquer à l'auteur (et seulement à l'auteur, elle n'apparaîtra pas sur le site) ? Sinon, laissez vide :


° Recopiez le code suivant :
 
>
*




 

 
histoire gratuite Le  fruit du capitalisme,  les deux extrêmes

Soyez le premier à donner votre avis, après lecture, sur cette histoire...





   
Copyrights...
© tous droits réservés à øø des-histoires.com øø