Rencontrez, discutez et faites connaissance sur Des Histoires...
...
ESPACE AUTEUR (pas encore inscrit)
 
mémoriser     [Mot de passe perdu ?]
écrire une histoire Ecrire une histoire
Faites connaitre ce site :
 

La Légende de Soliman (Salomon), éd. Filbluz - I

Auteur de recits


Récit écrit par Terresansfin.
Auteur femme.    Contacts de l'auteur : filbluzsympaticoca



histoire publiée le 18-03-2011
Catégorie :Romans, Nouvelles, Micronouvelles, Récits historiques
Histoire 8277-t209

Titre : La Légende de Soliman (Salomon), éd. Filbluz - I

Conte pour adulte  Dialogue  Légendes 
 
 

La Légende de Soliman (Salomon), éd. Filbluz - I


Préface I des Chroniques de Tabari

Gabriel dit à David : Celui de tes enfants qui répondra à ces questions sera ton successeur après ta mort et les génies, les hommes, les démons, les oiseaux et tout l’univers seront sous son obéissance.
David réunit ses enfants et leur dit : O mes enfants, sachez que Gabriel m’a apporté de la part de Dieu ces feuillets qui contiennent dix questions ; celui qui répondra adéquatement sera un prophète revêtu du caractère d’apôtre comme Dieu l’a dit. David commença ensuite à lire ces questions en présence de ses enfants. Personne ne put y faire de réponse excepté Salomon qui se leva et dit : O mon père, je répondrai à ces questions par la force de Dieu. David fut plein de joie et lui dit en lisant une à une ces questions :
Apprends-moi quelle est la plus petite chose qui existe ? Quelle est la plus grande ? Quelle est la plus amère ? Quelle est la plus douce ? Quelle est la plus honteuse ? Quelle est la meilleure ? Quelle est la plus proche ?
Quelle est la plus éloignée ? Quelle est celle qui cause le plus de chagrin ? Et quelle est la plus agréable ?
Salomon répondit : C’est fort bien ô mon père. Or la plus petite chose qui se trouve dans le corps humain c’est l’âme, la chose la plus grande c’est le doute, la chose la plus amère c’est la pauvreté, la chose la plus douce ce sont les richesses, la chose la plus honteuse qui se trouve parmi les enfants d’Adam c’est l’incrédulité, la choses la plus mauvaise qui se trouve parmi les enfants d’Adam c’est une méchante femme, la chose la plus proche pour les enfants d’Adam c’est l’autre monde, et la plus éloignée est ce monde parce qu’il passe, la chose qui cause le plus de chagrin aux enfants d’Adam c’est l’âme qui se sépare du corps, et la chose la plus agréable c’est pour eux l’âme qui est dans le corps.
David dit à Salomon : Tu as dit la vérité !
Alors cet anneau à quatre faces qui avait été apporté du paradis devint le sceau de Salomon. Sur une de ses faces était écrit ce qui suit ‘À Dieu l’empire est’, sur la seconde face était écrit ‘À Dieu l’excellence est ’, sur la troisième était écrit ‘À Dieu l’autorité suprême est’, et sur la quatrième ‘À Dieu la toute-puissance est’.

Préface II des Tales of King Solomon, par Seymour

Les docteurs de la loi voulurent tester le jeune Salomon pour éprouver son jeune âge et afin d’empêcher son accession au trône à la mort du roi David. Le roi s’était dit en lui-même que lorsqu’ils verraient la grandeur de sa sagesse ils cesseront d’objecter qu’un être si jeune puisse contrer et leurs décisions et les miennes. Et Salomon répondit à leurs questions par des réponses si parfaitement sages que tous ceux qui se tenaient là comprirent que tout cela avait été planifié par le roi David afin de prouver que Salomon serait un digne successeur après lui.
Lorsque la fin de l’épreuve arriva, Salomon se tourna vers l’un de ses adversaires et lui dit : Vous êtes vous-même revêtus de votre quête de problèmes par lesquels vous recherchez à prouver votre grandeur sur moi devant cette assemblée ; maintenant aussi je vous poserai quelques questions qui peuvent facilement être répondues par celui qui possède intelligence et raison : Dites-moi -- Qu’est-ce qui est tout et qu’est-ce qui n’est rien ? Qui est quelque chose et qui est moins que rien ?
Son adversaire ne trouvait aucune réponse à cela. Alors Salomon dit : Dieu le Créateur est tout, et le monde créé n’est rien. Le vrai croyant est quelque chose, mais l’hypocrite est moins que rien.
Se tournant vers un autre il demanda : Quel est le plus nombreux et quel est le moins nombreux ? Quel est le plus doux et quel est le plus amer ?
Et quand il fut incapable de répondre à cela, Salomon dit : En plus grand nombre sont les incroyants, peu nombreux sont ceux qui ont une ferme conviction de la religion. Le plus doux est d’avoir une femme vertueuse, de bons enfants et de la suffisance ; le plus amer est d’avoir une femme irréconciliable, des enfants rebelles et la pauvreté.
Il s’adressa ensuite à un troisième adversaire et dit : Quel est le plus laid et quel est le plus beau ? Quelle est la chose la plus certaine et quelle est la plus incertaine ?
Et lorsque ces questions restèrent sans réponse, il dit : La plus laide chose est quand un croyant devient incroyant, la plus belle chose est quand un pécheur se convertit. La chose la plus certaine est la mort et le jugement, la plus incertaine est le sort de l’âme humaine après sa résurrection.
Il ajouta : Voyez que les hommes les plus âgés et les plus intelligents ne sont pas toujours les plus sages ;
la vraie sagesse ne vient pas avec la longueur des années, ni de l’étude des livres, mais dans le don de Dieu.
Les spectateurs s’émerveillèrent grandement à cela et les chefs des gens s’écrièrent d’une seule voix :
Loué est notre Dieu qui a donné au roi un fils qui les surpasse tous en sagesse et qui est digne de s’asseoir sur le trône de son père !
Quand le roi fut arrivé à un âge très avancé, l’ange Gabriel lui apporta une lettre d’or céleste et lui dit :
Dieu te commande de réunir ensemble tes fils et de lire les questions qui sont écrites ici : Celui de tes fils qui pourra répondre correctement s’assiéra sur ton trône.
David fit appeler ses fils et leur lut la lettre en présence de tous les principaux hommes d’Israël. Personne parmi eux ne fut capable d’énoncer une réponse à ces questions. Alors les enfants d’Israël tournèrent leurs yeux vers le jeune Salomon qui demanda à son père d’énoncer les questions une par une.
David demanda : Mon fils, quelle est la chose la plus belle au monde ? Salomon répondit : Quand Dieu pardonne aux hommes et quand ils se pardonnent l’un l’autre.
Mon fils, quelle est la chose la plus douce au monde ? L’amour, car c’est l’esprit de Dieu dans sa création.
Une nouvelle épreuve fut réclamée parce que les gens murmuraient du si jeune âge de Salomon et David ordonna que Salomon et les chefs de chaque tribu prennent une branche et écrivent leur nom dessus ; Celui dont la branche porterait fruit serait désigné successeur au roi. Les branches furent consignées et on mit une garde sur elles. Le lendemain matin, ils les cherchèrent et seule la branche de Salomon porta fruit ; par ce signe le seigneur fit connaître son intention de l’asseoir sur le trône de son père David.

Préface III du Book of King Solomon, Chroniques d’Ahimaaz

Lorsque les jours du roi David approchaient leur fin, il convoqua Salomon dans la salle des trésors où se trouvaient des rangées des coffres remplis de richesses : 100,000 talents d'or et 1,000,000 de talents d'argent, du laiton, du marbre, du bois de cèdre et des coffres remplis de bijoux.
David dit : Ce trésor que j’ai réuni appartient à Dieu et les matériaux qui attendent ici sont pour son temple, pour la maison où sa gloire va demeurer, que tu vas construire quand tu seras roi. Voici les plans du temple dessinés par Ab Hiram mon architecte et selon les caractéristiques qui m’ont été mentionnées en rêve –
Ce sont les plans pour la maison de Dieu que tu élèveras et dont la proportion est un travail monumen-tal. J'ai confiance en tes talents mais c'est une entreprise grandiose et tu auras besoin d'aide pour la réaliser.
Salomon dit : Que Dieu m’accorde la sagesse pour élever son temple selon sa volonté !
David sortit d’un coffre une vieille carte de parchemin sur laquelle était indiquée la Caverne des siècles de Melchisédech, et dit : Le prêtre du Dieu Plus-haut qui m’a oint de l'huile d’onction et dit que je serai roi d'Israël et que moi et mes descendants gouverneront dans le nom de Dieu. Demande-lui son aide, car étant prêtre de Dieu il possède des pouvoirs d’assistance. Va vers lui pour que le temple du Dieu Plus-haut soit un édifice de grande considération, autrement il ne viendrait pas, car ce qu’il doit réaliser en propre il le réalise de lui-même. Ainsi quand tu seras prêt, recherche son soutien et sa bénédiction -- cette carte te conduira jusqu’à lui.
Trois ans après la mort de son père, Salomon s’était assuré la paix par des mariages de convenance avec les filles des rois voisins lorsqu’il décida de construire le temple de Dieu qui jusqu’alors était vénéré dans la tente où se trouvait l’arche de l’alliance. Il se rendit auprès de Melchisédech sur les recommandations du roi David pour lui demander aide et bénédiction pour la construction du temple. Le roi Melchisédech remit à Salomon une bague d’un grand pouvoir ainsi que les indications sur son utilisation et dit : Va maintenant jeune roi d’Israël ; Que le seigneur te guide et qu’il puisse habiter en toi, dans le moins voyant des temples, le cœur humain. La bague était sertie de quatre pierres dans chacune de laquelle était inscrit une lettre épelant le nom ineffable de Dieu.




Faites connaitre cette histoire :

 



 



Vous êtes :
Indiquez votre adresse mail si vous souhaitez la communiquer à l'auteur (et seulement à l'auteur, elle n'apparaîtra pas sur le site) ? Sinon, laissez vide :


° Recopiez le code suivant :
 
>
*




 

 
histoire gratuite La Légende de Soliman (Salomon), éd. Filbluz - I

Soyez le premier à donner votre avis, après lecture, sur cette histoire...





   
Copyrights...
© tous droits réservés à øø des-histoires.com øø